La Qualité, l'enjeux de notre pays

IEQT Vichy

Discours de M. Claude CHAM prononcé à Vichy le 07/10, en tant que Président du CNQP, à l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes XXIème promotion 2009/2010

Monsieur le Préfet, Messieurs les Parlementaires, Messieurs les Présidents, Messieurs les Directeurs, Mesdames, Messieurs, C'est aujourd'hui souvent un lieu commun de parler de la mondialisation pour expliquer bon nombre des maux qui frappent nos sociétés modernes. Je n'ai aucune intention de trancher devant vous aujourd'hui ce débat qui anime économistes, sociologues, politiciens, etc...

Toutefois avant de vous parler des enseignements de la qualité, il m'apparaît indispensable de rappeler qu'à mes yeux, l'enjeu pour la France est de taille et je me permettrai même d'ajouter qu'il y a un certaine urgence à une action forte, rapide et adaptée si nous voulons que notre pays reste parmi les nations leaders du monde de demain et l'arrivée dans le concert international de géants comme la Chine, l'Inde et le Brésil voire la Russie ne fait que renforcer ma conviction. Si vous interrogez français ou étranger sur notre Pays, vous constaterez que rapidement dans leurs propos ceux-ci font souvent référence au passé de la France : siècle des lumières, pays inventeur du concept des droits de l'homme, code Napoléon, douceur de vie, etc... Or à bien y réfléchir, ne font-ils pas inconsciemment référence à une notion simple : la Qualité et l'Excellence, qui a été et restera le moteur du rayonnement technique, scientifique, humain, philosophique, etc... de notre pays. Aussi, permettez-moi de vous dire aujourd'hui que je suis intimement convaincu que face à cette mondialisation qui n'est pas uniquement économique et industrielle, mais globale, seule une démarche durable et structurée de la qualité à tous les niveaux, de l'Etat, des entreprises et de la Société nous permettra de dépasser les enjeux cruciaux qui sont devant nous. Or il en va de la Qualité comme de la théorie de la gravité : " tout le monde en parle mais personne ne sait vraiment de quoi il retourne " car si tous nous pouvons dans les deux cas mesurer les effets, nous avons par contre encore beaucoup de mal à appréhender ces forces invisibles que sont gravité et qualité qui, si elles ne sont pas présentes, l'équilibre instable auquel elles encourent est rompu et alors les dysfonctionnements peuvent apparaitre.

C'est pourquoi, Mesdames et Messieurs, au-delà des modes, je suis convaincu que nous devons replacer l'enseignement de la qualité au cœur des enseignements de nos écoles, universités, instituts de technologie mais aussi cours de formation permanente diffusés dans nos entreprises. Pour moi la formation à la qualité ne doit pas se limiter à la formation de quelques spécialistes pour lesquels il existe un certain nombre de formations dédiées. L'objectif fondamental que nous devons poursuivre par l'enseignement de la Qualité est de développer une vraie et profonde culture qui sera tellement intégrée aux autres enseignements que lorsque les acteurs auront à réagir ou à agir au quotidien, la Qualité sera devenue la nature profonde de leurs comportements. La Qualité doit donc être un enseignement général servant de colonne vertébrale aux autres enseignements comme l'enseignement de l'orthographe n'est pas une fin en soi mais un outil ou un moyen au service d'une communication structurée et organisée. Pour aboutir à un tel résultat il est donc indispensable que l'enseignement de la Qualité fasse son entrée à tous les niveaux de la vie éducative des individus et tout particulièrement de ceux qui auront la charge d'encadrer ou commander des organisations à quelque niveau que ce soit de la hiérarchie. Je souhaite insister sur ce point car j'ai observé que malheureusement la constance dans les comportements des dirigeants n'était pas la qualité première sur ce sujet. Pour réussir de façon durable et implanter une réelle culture qualité dans une organisation, il est indispensable que les dirigeants, leaders, managers s'impliquent directement dans le processus et qu'ils soient exemplaires dans leurs comportements mais aussi dans leurs jugements.

Je ne connais pas de réussite durable d'implantation d'une culture qualité dans une entreprise qui ne respecte pas ce principe fondamental. C'est pourquoi il est indispensable que nos ingénieurs et managers soient formés non pas uniquement aux outils de la qualité mais aussi aux principes fondamentaux de management de groupes d'hommes et de femmes que ceux-ci soient nombreux et/ou moins nombreux. Je souhaite aussi revenir devant vous sur un deuxième aspect de l'implantation d'un processus qualité dans une organisation qui a trait à l'ordre des facteurs. Dans un passé récent, la Qualité s'est trouvée éclipsée dans les préoccupations des dirigeants par la préoccupation de la réduction des coûts pour améliorer la compétitivité des entreprises ou des organisations. C'est là que nous avons vu apparaître un engouement pour ne pas parler de mode pour le " lean management " ou le " lean manufacturing ". Permettez-moi de vous dire que je suis intimement convaincu que c'est là une erreur fondamentale que beaucoup commettent par méconnaissance des principes fondamentaux de ce que en d'autres temps on appelait la " Qualité Totale ". En effet réduire les coûts, ou pour parler moderne, devenir lean sans implanter préalablement une vraie culture qualité, ne peut permettre de résoudre durablement les problèmes de compétitivité de nos entreprises car la culture " lean " n'est qu'un aspect du management par la Qualité qui ne peut se suffire à lui-même s'il n'est pas intégrer dans la remise en cause d'un processus plus global.

C'est pourquoi à mon sens l'ordre des facteurs est très important et avant de parler de lean il est nécessaire de parler Qualité. Certes dans un premier temps les effets ne se feront pas sentir immédiatement dans les indicateurs mais l'expérience démontre que la patience et la constance dans l'effort est le prix à payer pour un changement durable (exemple de la gomme et du paquet de cigarettes). D'ailleurs ne voyons nous pas aujourd'hui un regain d'intérêt pour la Qualité ? Aussi Mesdames et Messieurs vous l'avez compris je suis ardemment en faveur au-delà des effets de mode d'un retour aux fondamentaux et de la réintroduction de l'enseignement et de la diffusion de la Qualité au cœur des préoccupations de nos Chefs d'Entreprises, de nos enseignants et de nos gouvernants.

En conclusion je voudrais non pas vous dire comment faire pour aboutir à ce résultat, mais vous proposer quelques pistes de réflexion et d'action : A) Pour les entreprises, tout d'abord, il me semble essentiel de : 1. Renforcer ou réactiver l'engagement des grands groupes leaders en faveur de la Qualité et des les inciter à soutenir des campagnes de promotion de la Qualité. 2. D'accompagner la montée en puissance des PME/PMI par le renforcement de partenariat entre grands groupes têtes de filières et entreprises du secteur. 3. Mettre sous tension les acteurs institutionnels ou réactiver cette mise sous tension : je pense aux Chambres de Commerce et de l'Industrie, Medef, CGPME, UIMM, etc... B) Mettre en place une stratégie et des leviers d'actions impulsés par les pouvoirs publics : 1. Stratégie - Définition et annonce d'une stratégie Qualité à horizon 3 à 5 ans (exemple : Etats Généraux de l'Industrie, etc..). - Sélection de quelques actions prioritaires à engager. - Mise en place de quelques indicateurs simples. 2. Leviers d'actions - Mesures d'incitation. - Mesures de formation. - Mesure de communication. - Mesure de vulgarisation. C) Mise en place d'une organisation efficace au service du développement de la Qualité : - Création d'une structure interministérielle dédiée à la Qualité. - Soutien accru aux structures privées en charge de la promotion de la qualité (pôles de compétence qualité, renforcement du rôle institutionnel du CNQP) J'ajouterai pour conclure que ces propositions qui sont loin d'être achevées et qui n'ont d'autre prétention que de susciter réflexion et action me semblent parfaitement s'intégrer dans une politique tant nationale que privée du développement durable où la Qualité serait le socle des 3 piliers : Economique, Social, Environnemental. Voilà Mesdames et Messieurs ce que je souhaitais vous dire sur ce sujet passionnant et fondateur de la Qualité. Je terminerai en remerciant mon ami Jean Maslard de m'avoir donné cette opportunité de m'exprimer aujourd'hui devant vous pour cette première prise de parole dans mon nouveau rôle de Président du CNQP, en terre Auvergnate où j'ai toutes mes racines familiales mais aussi où en tant que Président du groupe Dunlop j'ai cherché pendant 20 ans à implanter la culture Qualité dans notre usine Montluçonnaise et dans celle de Riom ; deux établissements qui restent chers à mon cœur.

Merci de votre attention. Claude CHAM

Vous cherchez encore ? Essayez nos accès rapides !