Le télétravail peut comporter des risques professionnels, amplifiés par l’éloignement et l’isolement du collectif de travail et avoir des conséquences sur la vie familiale.

Un appartement ou une maison symbolise le repos, les loisirs, la vie communautaire.  Il sera difficile d’arbitrer entre vie professionnelle et vie familiale à certains moments. Le sentiment de toujours travailler sans être dans un environnement propice, et le mélange entre vie professionnelle et vie privée peuvent entraîner des risques psychologiques et générer des tensions au sien de la famille. La réaction sera de travailler plus tard ou très tôt pour participer à la vie familiale. Les horaires de travail plus souples peuvent empiéter sur la vie privée ou sur les temps de récupération. La vie à la maison s’en trouve transformée.

Au niveau aménagement un bureau à domicile ne répond pas généralement aux règles ergonomiques et aux mêmes normes de santé et sécurité que celles qui s’appliquent dans l’entreprise. Cela peut favoriser les pathologies auditives, la fatigue visuelle et les troubles musculosquelettiques.

Les risques psychosociaux relatifs au télétravail à domicile sont à prendre en compte. Ils résultent   d’un isolement social et professionnel. Le salarié a le sentiment d’une perte d’appartenance à l’entreprise, perte du lien social qui se distancie du fait des absences, des départs des collègues ou d’arrivées de nouveaux. La déspacialisation est géographique mais aussi psychologique. Ce n’est pas le bureau qui manque, mais plutôt les relations avec les collègues, la machine   à café, les bruits de couloirs et les relations avec la hiérarchie.  Certaines personnes peuvent juger le salarié en télétravail comme une personnes privilégiée, ce qui laisse la porte ouverte aux critiques, jugements et harcèlements.

Des études mettent en évidence que les salariés en télétravail allongent leur temps de travail. L’activité professionnelle empiète sur la vie privée et peut devenir une addiction.

Les personnes interrogées expriment la difficulté à évaluer leurs résultats et à s’organiser. Elles ont le sentiment d’avoir une surcharge de travail du fait de la perte de contact direct avec sa hiérarchie et le collectif. Stress lié à la nature de la tâche où Il est parfois difficile d’avoir l’aide d’un collègue. En cas de violences externes liées à des clients agressifs le télétravailleur se trouve seul à faire face à ces situations.

En raison de la distance, l’information socio-économique de l’entreprise peut se faire rare, ceci peut   favoriser l’anxiété et la démotivation.

Le télétravail devient incontournable dans un monde professionnel en pleine révolution numérique. Et le code du trail défini, de façon précise, les modalités de son application.

Cependant il est important de mener une vraie réflexion sur les risques liés à ce nouveau mode de fonctionnement. Des principes sont déjà appliqués dans les entreprises, mais sont-elles suffisantes ?

Le salarié doit être informé des avantages et inconvénients que cela implique.  Il est important de prendre en compte à la fois les risques physiques de nature ergonomique du poste de travail, mais aussi les risques psychosociaux induits. Pour cela il est nécessaire d’anticiper sa mise en place en fixant des règles de fonctionnement concernant la gestion du temps de travail, la création de réunion ou de Visio- conférence ainsi que des mesures visant à contrôler l’activité. Il est aussi important de nommer des personnes ressources qui puissent apporter un soutien dans le domaine des nouvelles technologies.

Les règles économiques doivent être claires concernant la prise en charge des équipements. Il est nécessaire de séparer l’usage privé et professionnel des équipements et ceci doit être clairement énoncé. Cette mesure vise aussi à garantir la sécurité informatique de l’entreprise (confidentialité, sécurité des données).

Ce projet doit être aussi préparé au niveau familial par le futur télétravailleur qui doit mesurer les impacts en termes d’occupation de l’espace et d’organisation que cela   va apporter.

Avec la crise sanitaire de nombreuse entreprise ont envisagés le télétravail pour éviter de stopper leur activité. Pour nombre d’entre elles c’est une expérience particulière avec des conséquences méconnues sur l’organisation et le facteur humain.

Elle peut être riche d’enseignement pour l’entreprise et pour les salariés. Mais elle doit être anticipée et préparée au sein de l’entreprise et s’inscrire dans une politique de qualité de vie au travail. Sans oublier que le télétravailleur exercera, non pas dans l’entreprise, mais chez lui.

Bruno JOUVIN 
Ergonome 
Formateur Campus de Saint-Brieuc

Contact

L’IEQT, Ecole de Management des Risques et de la performance QSE, se tient à votre disposition pour toute demande de renseignement. Une question précise ? Contactez-nous.

Nous contacter

Ces articles peuvent vous intéresser

Environnement : de la prise de conscience aux actes ?

Environnement : de la prise de conscience aux actes ?

La notion d’Environnement est un concept tellement vaste que l’on ne sait jamais très bien par où l’aborder.

En savoir plus
Mardi 28 janvier 2020
Communication et gestion de crise, par où commencer ?

Communication et gestion de crise, par où commencer ?

Un certain nombre de PME/PMI ou ETI n’ont pas encore mis en place une démarche préventive de gestion de crise. Parmi les raisons invoquées : « nous ne sommes pas concernés par la crise » (état d’esprit « forteresse ») ou « la communication de crise c’est pour les grands groupes » ou encore « c’est trop compliqué et trop cher à mettre en œuvre ».

En savoir plus
Mardi 28 janvier 2020
« L’excellence opérationnelle n’est pas un gros mot »

« L’excellence opérationnelle n’est pas un gros mot »

Excellent, j’adore, superbe, magnifique, brillant, … quelques superlatifs pour donner le ton et rappeler que l’excellence donne du bonheur et de l’optimisme ce que chacun cherche dans sa vie personnelle et professionnelle.

En savoir plus
Mardi 28 janvier 2020