L’ISO 9001 constitue la matrice de toutes les normes ultérieures de système de management. Cette norme structure l’organisation de l’entreprise à des fins de création de richesse au bénéfice de l’entreprise et de ses clients.
C’est l’activité de l’entreprise qui est à la source de tous les risques possibles, qu’il s’agisse des risques financiers, sociaux, environnementaux, énergétiques, ceux liés à la sécurité industrielle et enfin les risques liés à sa responsabilité sociétale.
L’ISO 9001 retrace l’ensemble des processus primaires de maîtrise de risques consécutifs au business de l’entreprise.

La décision de production d’un bien par l’entrepreneur (inventeur, innovateur, producteur) peut entrainer les risques suivants :

  • La détérioration de l’environnement (norme ISO 14001).
  • La santé et la sécurité des travailleurs (norme ISO 45001).
  • La destruction des ressources non-renouvelables (norme ISO 5001).
  • La dégradation des biens communs nécessaires aux prochaines générations (norme ISO 26000).

La finalité des normes de système de management QSEé est de garantir la maîtrise optimale des risques par l’entreprise pour les parties impactées par ses activités.

A partir de la volonté de l’entrepreneur, l’ISO 9001 permet d’intégrer les préoccupations environnementales, sociales ou énergétiques dans les processus nécessaires aux productions de l’entreprise.

Les risques peuvent être endogènes à l’entreprise (produits non-conformes, accidents de travail, pollutions involontaires, …), dans ce cas l’amélioration est à portée de main de l’entreprise.

Les risques peuvent être de nature exogène (tempêtes climatiques, COVID 19) et leurs moyens de maîtrise dépendent d’une dynamique collective extérieure à l’entreprise.

 

Les entrepreneurs sont confrontés à quatre risques majeurs :

  • En premier lieu, le risque d’exploitation c’est à dire l’arrêt brutal de l’activité.
  • Ensuite, le risque d’orientation stratégique consistant en l’abandon d’une activité non rentable.
  • Le risque d’efficacité opérationnelle représente l’ensemble des dérives QSEé internes à l’entreprise.
  • Enfin, le dernier risque concerne le non-respect de la règlementation QSEé : être en dehors du cadre réglementaire du fait d’un défaut de veille ou prendre du retard sur une future réglementation peut entrainer pour l’entreprise un retard face à la concurrence.

A partir des années 1980, l’ensemble de ces risques a donné naissance aux normes internationales de systèmes de management QSEé.

Le challenge des entrepreneurs est extraordinaire puisqu’ils doivent maitriser les risques de manière volontaire (par l’intermédiaire des normes) ou de manière obligatoire (par la réglementation ou les contrats).

Pour ces entrepreneurs, assumer la responsabilité de maîtrise des risques suppose une prise de conscience de l’impact de leurs activités sur les personnes et organismes non destinataires du produit réalisé.

Les entrepreneurs doivent s’entourer de profils de managers risques (QSEé, industriels, sociétaux) en capacité :

  • de comprendre le fonctionnement élémentaire d’une entreprise,
  • d’intégrer rapidement les principaux indicateurs de mesure de l’entreprise
  • …/…

  • …/…
  • détenir une expertise technique sur les outils et méthodes de construction et d’exploitation d’un système de management QSEé,
  • d’identifier les alliés internes dans l’organisation et s’appuyer sur les compétences de soutien,
  • de mettre à profit les temps d’arrêts dans l’activité pour prendre les bonnes décisions d’amélioration,
  • de faire preuve de pragmatisme en participant à des décisions basées sur des faits objectifs,
  • de mettre en valeur le bénéfice apporté par les améliorations et assumer également les échecs sur les projets d’améliorations QSEé,
  • d’avoir une capacité d’entrainement des équipes, sans pour autant détenir une autorité hiérarchique.

La connaissance acquise par les managers risques en matière de normes de système de management QSEé constitue une aide précieuse pour les entrepreneurs dans la structuration de leur pensée et de leur organisation.

L’objectif des formations au management des risques est de positionner sur le marché du travail des profils managers risques capables de soutenir les directions dans les arbitrages entre risques et opportunités.

Mahmoud CHERFI
Formateur IEQT Rodez
Consultant en organisation et maîtrise des risques
Bureau Veritas France

Ces articles peuvent vous intéresser

Environnement : de la prise de conscience aux actes ?

Environnement : de la prise de conscience aux actes ?

La notion d’Environnement est un concept tellement vaste que l’on ne sait jamais très bien par où l’aborder.

En savoir plus
#Actualités #Métier QSE
Mardi 28 janvier 2020
« L’excellence opérationnelle n’est pas un gros mot »

« L’excellence opérationnelle n’est pas un gros mot »

Excellent, j’adore, superbe, magnifique, brillant, … quelques superlatifs pour donner le ton et rappeler que l’excellence donne du bonheur et de l’optimisme ce que chacun cherche dans sa vie personnelle et professionnelle.

En savoir plus
#Actualités #Métier QSE
Mardi 28 janvier 2020
La cybersécurité

La cybersécurité

La cybersécurité, la sécurité de l’espace numérique est la branche qui réunit donc tous les univers du numérique. Non seulement, celui de l’industrie, de la société mais aussi celui de notre quotidien présent et à venir.

En savoir plus
#Actualités #Métier QSE
Mardi 28 janvier 2020